EFFETS INDESIRABLES : VICTIMES DE MEDICAMENTS de Clotilde Cadu

0 Commentaires / 84 Vues / 14 janvier 2016

Paru le 14 janvier 2016

IMG_3218

Le Distilbène, notre combat judiciaire est évidement présent dans ce livre avec mon témoignage personnel relais de notre combat !

Décryptage du fonctionnement et des failles du système du médicament français à travers l’histoire personnelle et le combat des victimes. Enquête et portraits.
On n’entend jamais leur voix. Les affaires sanitaires ont beau faire la Une des journaux, les rapports parlementaires ont beau s’enchaîner, les victimes d’effets indésirables restent peu reconnues et peu protégées. Ces dernières années, des scandales médiatisés ont permis de braquer les projecteurs, le temps d’un instant, sur les victimes du Mediator, du Distilbène, des pilules de 3e et 4e génération. Mais aucune étude ne recense précisément les victimes de médicaments, à peine sait-on qu’elles existent. Quelques estimations: 13 à 18 000 morts, 150 000 hospitalisations annuelles liées à des accidents médicamenteux, 76 817 effets indésirables déclarés à l’Agence nationale de sécurité du médicaments (en 2013).
Qui sont ces victimes d’effets indésirables ?
Quelle est leur histoire, leur parcours ? Comment se battent-elles ? La route vers la reconnaissance de leur préjudice est un véritable parcours du combattant. Pendant des années, elles se heurtent à un système médical et judiciaire qui peinent à prendre en compte le droit des victimes de médicament. Entre les préjugés de certains médecins, la puissance des laboratoires pharmaceutiques, le parapluie juridique que constitue la notice du médicament, nombre d’entre elles se découragent. Mais malgré les obstacles, 15 ans de procédure, d’appels,
de pourvois en cassation, des femmes et des hommes continuent à se battre pour que soit reconnu le droit des victimes. Avec, parfois, au bout du compte, une victoire.
Enquête et portraits.

 

Votre Commentaire

Votre adresse email (ne sera pas diffusée)